mercredi 4 janvier 2017



Claire Basler







Vert Céladon - Quelques notes et impressions de l'année 2016
et hommage à Anita Brookner




Une vingtaine de publications seulement cette année, qui a été moins prolifique que les précédentes et un peu en demi-teinte. Différentes raisons, dont ceux qui me connaissent personnellement savent ce qu'il en est, et d'importants travaux dans ma maison, m'ont empêchée de me consacrer plus assidûment au Blog et ont altéré l'inspiration nécessaire à la rédaction des textes, qui nécessitent une certaine énergie, laquelle m'a hélas fait défaut cette année.


Elle se clôture cependant sur des statistiques de fréquentation assez satisfaisantes, avec 24 252 pages vues depuis la création du blog en juin 2013, provenant de très nombreux pays, parfois fort éloignés du nôtre, même si la France reste en tête du lectorat, suivie par les Etats-Unis et la Russie. Cette année, le Blog a trouvé des lecteurs en Asie, notamment au Vietnam et en Thaïlande, ainsi qu'en Haïti, aux Philippines et au Mexique.




Parmi les chroniques publiées en 2016, celle consacrée au très beau roman de Fanny Hurst "Back Street", laquelle me tient très à coeur, cet ouvrage ayant compté dans mon parcours littéraire, a rencontré le plus de lecteurs, suivie par "My Dear Cassandra", relative à la correspondance perdue de Jane Austen ; puis vient le très bel essai de Siri Hustvedt,  "La femme qui tremble", consacré aux neurosciences.  



Le Blog fait aussi l'objet d'une page Twitter, qui n'a pas un nombre astronomique d'abonnés, d'une part parce que je ne m'en occupe pas assez, mais aussi parce que je ne veux pas en être l'esclave, et que je recherche la qualité, plutôt que la quantité, ce média me permettant surtout de faire connaître encore davantage Vert Céladon, en touchant un public directement intéressé par la littérature ou le cinéma, ce qui fonctionne plutôt bien et renforce notablement sa diffusion.


Pour ce qui est du domaine technique, j'avais envisagé un changement de site hébergeur, mais je dois y renoncer car je tiens essentiellement à la traduction simultanée de mes textes, ce qui n'était pas le cas pour le site en projet. Il y aura donc une simple amélioration de la mise en page, plus dynamique, sans doute un peu moins classique, tout en conservant à l'ensemble sa marque de fabrique, puisqu'elle semble convenir à un certain nombre de lecteurs.


Par ailleurs, j'ai également ouvert une page spécifique sur Facebook "Vert Céladon", que chacun peut "Aimer" et recevoir ainsi les publications les plus récentes, même si toutes n'y figurent pas. Cette page n'est pour l'instant pas très dynamique, car je dois m'y consacrer davantage, notamment par le biais de la publicité, laquelle est payante.


Claire Basler
Sur un plan plus général, je dois préciser que Vert Céladon traite finalement assez peu de l'actualité littéraire immédiate, excepté pour quelques coups de coeur, assez rares hélas, et en matière de cinéma parfois. Je parle davantage avant tout de ce que j'aime, de ce qui me parait important de faire connaître aux lecteurs, lorsqu'une oeuvre  me  touche particulièrement, même si sa publication n'est pas récente. Je ne vois aucun intérêt à emboîter le pas de la critique littéraire officielle en ajoutant du commentaire aux commentaires. La plupart des livres propulsés sur les têtes de gondoles des librairies et des grandes enseignes, n'ont absolument pas besoin de moi, et je préfère de beaucoup m'attacher à prendre les chemins de traverse.

C'est mon seul luxe, et j'entends bien continuer à user de cette liberté, qui a un prix cependant, celui d'un certain décalage, voire un isolement, par rapport à la bulle littéraire médiatique. Je dois préciser que j'achète tous les livres dont je traite et ne reçois aucun service de presse, ma P.A.L., sous entendu "Pile à lire", expression très en vogue sur les blogs, que je n'emploie jamais,  et dont certains se gargarisent, est uniquement le fruit de mes choix. 



Par ailleurs, j'ai pour projet dans les mois à venir, d'évoquer une oeuvre qui a m'a beaucoup marquée cette année, lors de mes pérégrinations littéraires, à savoir le magnifique recueil de nouvelles du grand Somerset Maugham "Le Sortilège Malais", chef d'oeuvre absolu d'émotion contenue, plus amère que douce. Au programme également, une autre nouvelle, presque un petit roman, le tragique et cruel "Washington Square" de Henry James.


En littérature française, "Une vieille maîtresse" de Barbey d'Aurevilly, oeuvre complexe, pourrait aussi faire l'objet d'une chronique. Je n'exclue pas non plus les coups de coeur imprévus qui pourraient s'inviter dans cette liste, comme ce fut le cas récemment, pour la biographie de Juliette Récamier par Catherine Decours ; notamment en ce qui concerne la grande romancière et mémorialiste américaine, Joan Didion, dont je compte approfondir l'oeuvre dans les semaines à venir. Je n'ai pas non plus renoncé à l'idée de traiter "Le club de la chance" d'une autre américaine, d'origine chinoise : Amy Tan, auquel je réfléchis depuis très longtemps.



Anita Brookner - 1928 - 2016
Enfin, je ne voudrais pas en terminer sans avoir salué la mémoire d'Anita Brookner, grande dame de la littérature anglaise, dont l'oeuvre m'est si chère, que j'ai évoquée par le biais d'une chronique que je lui ai consacrée en décembre 2013, "Anita Brookner - Eloge de l'ombre". Cette romancière est décédée le 10 mars 2016, un peu dans l'indifférence générale en France, il faut bien le dire, très peu de presse ayant relaté cet événement. L'Angleterre a fort heureusement su honorer, comme il se devait, celle qui était aussi une historienne d'art réputée, notamment dans le domaine de la peinture française du XVIIIe et XIXe siècle, mais rien d'étonnant pour ce pays qui sait ce qu'il en est de la tradition et de la mémoire.


Il me reste à remercier chaleureusement toutes celles et ceux qui me suivent fidèlement, et qui par leur attention, prêtent vie à Vert Céladon et m'encouragent à poursuivre cette belle aventure.


 



Christine Filiod-Bres
Vert Céladon - 4 janvier 2017
litteraturelyon.blogspot.com