mercredi 14 janvier 2015

20 000 jours sur terre - Nick Cave






Nick Cave





Nick Cave
20 000 jours sur terre



Nick Cave et sa vieille machine à écrire, au volant de sa Jaguar, dans Brighton, où il vit depuis quelques années, conversant avec Blixa Bargeld, ex Bad Seeds, et désormais grand imprécateur du Einstürzende Neubaten, l'acteur anglais Ray Winstone, ou sa compatriote australienne Kylie Minogue ; la belle complicité qui l'unit avec Warren Ellis, figure emblématique des Bad Seeds, avec lequel il compose, et déguste un plat d'anguille aux pâtes à l'encre de seiche, préparé par le grand barbu, tout en se remémorant un formidable concert de Nina Simone, voilà ce que l'on peut voir, entre autres, dans le magnifique documentaire qui lui est consacré.


D'autres moments passionnants encore, lorsqu'il évoque son enfance en Australie, la relation émouvante avec son père lui lisant les premières pages du "Lolita" de Nabokov, disparu lorsqu'il avait dix neuf ans, et dont on sent bien, au silence qui suit l'évocation de ce souvenir, que cette mort brutale a dû compter dans son parcours initiatique.



Nick Cave et Blixa Bargeld




Son rapport très particulier à la religion, son addiction aux drogues, durant toute une époque, le work in progress des répétitions, des séances d'enregistrement, la visite aux archives, où il redécouvre, examine et commente des photos de jeunesse, et celles de sa période berlinoise, tout ceci concourt à nous attacher encore davantage à cet artiste hors normes, pour finir par une très jolie séquence pizzas, avec ses deux garçons, et l'apothéose à l'Opéra de Sidney, dans une formidable version de "Jubilee street", qui rappellera les frissons ressentis, à tous ceux qui étaient à son fabuleux concert l'année dernière aux "Nuits de Fourvière" à Lyon, lesquels s'en souviennent encore et ne l'oublieront jamais.







Christine Filiod-Bres
décembre 2014



20 000 jours sur terre
Un film de Iain Forsyth et Jane Pollard