lundi 9 novembre 2015

Faudra-t-il évincer Louise LABE du MUR DES LYONNAIS ?







Louise Labé - Dite "La Belle Cordière" - 1524 - 1566


Faudra-t-il évincer Louise LABE
 du Mur des Lyonnais ?

Je lis, à travers différents articles relatifs à la nouvelle exposition que le Musée des Beaux Arts de Lyon consacre à la Renaissance, que le joli mois de mai 2016 verra la célébration du 450eme Anniversaire de la disparition de la poétesse lyonnaise Louise LABE.

A ce titre, une question me vient à l'esprit : verra-t-on refleurir la thèse avancée par Mme Mireille HUCHON, Professeur à l'Université de Paris Sorbonne, spécialiste de Rabelais et des écrivains de la Renaissance, dans son essai "Louise Labé, une créature de papier", paru en 2006, où elle prétend que Louise n'aurait pas existé en qualité de poète, et qu'elle ne serait pas l'auteur des célèbres et merveilleux Sonnets ainsi que des Elégies, lesquels  seraient dus à Maurice SCEVE et à certains jeunes poètes de son entourage.




Louise LABE comme construction littéraire ... Cette thèse, qui a été adoubée par Marc FUMAROLI, membre de l'Académie Française, a bien sûr fait l'objet de controverses, que je ne vais pas citer ici et pour moi, qui aime énormément Louise, elles m'ont un peu réconfortée, la surprise ayant été de taille. 

Il faut ajouter à cela, que j'ai retrouvé la mention de cette thèse récemment, lors de la lecture du très beau livre que l'anglaise Sarah BAKEWELL a consacré à Montaigne. Elle y évoque l'éducation des jeunes femmes au XVIe siècle en disant : "Les quelques femmes réellement instruites au XVIe siècle, étaient de plus en plus rares, comme Marguerite de Navarre, auteur de l'Heptameron, ou la poétesse Louise Labé (en supposant qu'elle ait vraiment existé et n'ait pas été le pseudonyme d'un groupe de poètes masculins, ainsi que le suggère une hypothèse récente).

J'attends donc cette célébration avec curiosité, même si la présence de notre Belle Cordière a laissé bien des traces à Lyon et qu'elle est avec Pernette du Guillet, Juliette Récamier et à un degré moindre, Pauline Jaricot, une des plus illustres de nos "dames lyonnoises", qui figure sur le mur peint des Lyonnais célèbres, que l'on peut voir en flânant sur les Pentes de la Croix-Rousse, le long des quais de Saône, aux couleurs florentines. Faudra-t-il l'en évincer ?




Le Mur des Lyonnais - Louise Labé et Maurice Scève


Christine Filiod-Bres
9 novembre 2015



* Louise Labé, une créature de papier
Mireille Huchon - Editions Droz - Genève - 2006

* Comment vivre ? Une vie de Montaigne
en une question et vingt tentatives de réponse
Sarah Bakewell - Albin Michel et Le Livre de Poche

* Louise Labé est-elle une créature de papier ?
Daniel Martin
Réforme Humanisme Renaissance n° 63 - 2006 



5 commentaires:

  1. Bonjour Christine, j'ai laissé un commentaire sur votre article à propos de Louise Labé et je me demande s' il vous est parvenu. Si non, je recommence! Bonne fin d'après-midi. Cécile

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Christine,
    J ai commenté votre article sur Louise Labé la semaine dernière et je me demande si ça a ma marché. Si on, dites le moi et je recommencerai!
    Au plaisir de vous lire.
    Cécile.

    RépondreSupprimer
  3. Message à l'attention de Cécile.
    Non, je ne vois pas apparaître votre commentaire.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Christine,
    Je lis sous votrebplume, avec stupéfaction et tristesse que l'on veut déposséder Louise Labé de son oeuvre. Mon mari, prof de lettres me dit que c'est classique, on a écrit fut un temps que Corneille était l'auteur des pièces de Molière.
    Ceci n'a rien à voir, mais j'ai assisté à la librairie la voie aux chapitres à un entretien avec T. Reverdy pour son livre il était une ville.
    C était fort intéressant.
    Au plaisir de vous lire,
    Cécile.

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir Cécile,

    J'ai été moi aussi fort étonnée en découvrant cette thèse qui m'a laissée très dubitative, d'où ma chronique. On verra ce qu'il en sera lors des célébrations de Louise Labé à Lyon en 2016 ; il est vrai aussi que certains pensent se distinguer en énonçant des thèses iconoclastes et en déboulonnant les statues, même si ici il s'agit d'une spécialiste éminente.

    Sinon, il faudra m'en dire plus sur T. Reverdy et son livre que je ne connais pas.

    Merci beaucoup de votre commentaire et de votre fidélité à Vert Céladon, car voyez-vous, les statistiques du blog me disent qu'il a des lecteurs dans des pays du monde fort éloignés du notre mais je ne sais pas qui ils sont. Je me sens parfois un peu comme une bouteille à la mer ...

    RépondreSupprimer