vendredi 7 février 2014

Sonia GANDHI - Le mariage des extrêmes











Sonia Gandhi





Sonia GANDHI 
 Le mariage des extrêmes




     Une fée s'est-elle penchée sur le berceau de Sonia MAINO le 9 décembre 1946, dans le petit village de Lusiana, près de Vicenza en Italie ? Rien n'est moins sûr, si l'on s'en tient au destin qui fut le sien, à la fois extraordinaire, mais marqué par bien des drames.


     Fille d'un petit entrepreneur en bâtiment, établi par la suite dans la région de Turin, elle coule une enfance, marquée par une vie familiale ordinaire et heureuse, sous la houlette d'un père, certes autoritaire, mais qui se révélera un homme à l'esprit plutôt ouvert, lorsqu'il s'agira de prendre des décisions importantes pour l'avenir de sa fille.



     Sonia, bonne élève, douée pour l'apprentissage des langues étrangères, a des ambitions intellectuelles, et a soif de sortir des frontières de son pays. Son intérêt pour la langue anglaise l'oriente tout naturellement vers un séjour linguistique en Angleterre. Son père, après mûre réflexion, accepte sa décision, mais en homme avisé veut ce qu'il y a de mieux pour sa fille, et l'inscrit à la Lenox School de Cambridge. Tous deux ne savent pas encore à quel point ce choix va sceller le destin de la jeune fille.


     Elle s'adapte très bien à l'Angleterre et goûte aux joies de la liberté que procure la vie estudiantine, allant de pique-nique en soirées. C'est ainsi qu'elle fait la connaissance d'un jeune étudiant, au regard sombre et au sourire très doux, du nom de Rajiv GANDHI. Il est indien, et est issu de l'illustre famille des NERHU-GANDHI, qui gouverne l'Inde depuis de très nombreuses années. Entre eux, l'attirance est irrésistible.



     Mais il y a loin entre le désir des jeunes gens, et l'inquiétude manifestée par leurs familles respectives, qui considèrent cette idylle d'un mauvais oeil, pour Rajiv, parce qu'aux yeux des Nerhu-Gandhi, il ne saurait lier son sort à celui d'une étrangère, et pour Sonia, parce que ses parents s'inquiètent d'une fille qui pourrait quitter définitivement l'Italie, et s'envoler vers un destin si éloigné de celui qu'ils avaient imaginé pour elle, car passe encore d'épouser un étranger, mais pas le représentant d'un pays aussi éloigné sur le plan culturel.


     Sonia est rappelée en Italie, et sommée par son père de cesser cette relation. Elle ne cède pas, et celui-ci finira par s'incliner, en posant cependant une condition, que la jeune fille passe au moins une année loin de Rajiv, autorisant entre eux une simple correspondance. C'est une mise à l'épreuve, dont ils sortiront vainqueurs, Rajiv ayant convaincu, de haute lutte, sa mère Indira, du sérieux de ses sentiments envers cette jeune étrangère.





     Le couple se marie enfin en 1968, et s'installe en Inde. Rajiv, peu passionné par la politique, laisse à sa mère Indira, fille de Jawaharlal NEHRU et son frère Sanjay, le soin de s'en occuper, et de présider aux destinées du pays ; c'est ainsi qu' il entame une carrière de pilote, sur les lignes de l'Indian Air Lines. Sonia, sous la houlette de son exigente et autoritaire belle-mère, fait connaissance avec le mode de vie indien, commence à apprendre la langue de son nouveau pays, et se consacre, sans déplaisir, à son rôle de maîtresse de maison, et à l'organisation des réceptions. Deux enfants viennent rapidement occuper pleinement ses journées, Rahul, son fils, qui nait en 1970 et Pryanka, sa fille en 1972.


Sonia et Rajiv le jour de leur mariage


     Si durant de nombreuses années, Sonia se consacre exclusivement à sa famille, il n'en demeure pas moins, qu'elle se trouve aux premières loges pour observer et s'imprégner de la vie politique indienne, par le biais de ses conversations avec Indira Gandhi, du va et vient incessant, dans la grande maison, des membres du Parti du Congrès, des voyages officiels à l'étranger de sa belle-mère, premier ministre de l'Inde, et des réceptions des dignitaires venus du monde entier.


En famille avec Indira Gandhi et Sanjay, le frère de Rajiv et son épouse


     Un premier événement tragique, va cependant bouleverser la vie de la famille des Nerhu-Gandhi, puisque Sanjay, le frère de Rajiv, promis, lui, aux plus hautes destinées politiques, se tue dans un accident d'avion. Les plans de la famille, et ceux du Parti du Congrès, se trouvent bouleversés, et tant Indira, que les dignitaires du parti, se tournent alors vers Rajiv, l'autre héritier.



     Rajiv GANDHI aimait son métier de pilote et était un technicien dans l'âme. La perspective de devoir renoncer à ses aspirations a été pour lui une source de perturbation et d'interrogation, car il était peu attiré par la politique. A travers l'expérience de sa mère, il savait à quel point la gouvernance du sous continent était une tâche considérable, voire insurmontable, du fait des dimensions du pays, de sa démographie monstrueuse, des problèmes religieux, linguistiques et sociaux, et de la misère qui sévissait partout. Parce que c'était un homme de devoir, il accepta de se soumettre, et de devenir le leader du Parti du Congrès. Il sera élu député en 1981, dans la circonscription qui avait été celle de son frère Sanjay.


Rajiv Gandhi





     Sonia se résoud mal à l'engagement de Rajiv en politique, lequel a cédé à la pression très forte d'Indira, éprise de pouvoir et très soucieuse de voir le parti ne pas échapper aux Nerhu-Gandhi. Elle craint la dureté des clans, et la violence qui fait rage parfois dans le pays, sans doute animée aussi, par de funestes angoisses. Craintes qui ne tardent pas à se vérifier, puisque le 31 octobre 1984, Indira GANDHI tombe, criblée de balles, tirées par deux de ses gardes du corps Sicks, membres des séparatistes du Penjab. Cet assassinat est une onde de choc dans le monde entier, et précipite l'Inde dans une zone de turbulences, à laquelle Rajiv va devoir se confronter. Quelques heures après cet événement, il est nommé premier ministre par les membres du Parti du Congrès, et quelques mois plus tard, remporte les élections.



     L'action de Rajiv à la tête du pays, jusqu'en 1991, se caractérisera par une orientation très différente de la politique initiée par Indira GANDHI. Libéral, partisan de la libre entreprise, passionné par les nouvelles technologies, il tentera de donner à l'Inde un essor vers la modernité. Malheureusement, son gouvernement, non exempt de corruption, notamment à travers l'affaire Bofors, lui vaudra une grande contestation. L'intervention de l'armée indienne, auprès du gouvernement du Sri Lanka, en lutte contre les rebelles Tamouls, achèvera de le discréditer, et le conduira à sa perte, puisqu'il sera assassiné le 21 mai 1991, victime de l'explosion d'une bombe, posée par une représentante de la mouvance indépendantiste, alors qu'il était en campagne pour sa réélection.


Rajiv et Sonia Gandhi hôtes de Benazir Butho à Islamabad (Pakistan)


     Pour Sonia, la mort de Rajiv, qu'elle redoutait confusément, est un coup fatal et terrrible. Elle sombre alors dans une dépression profonde, ne mange plus, ne dort plus, se replie sur elle-même, et songe parfois à retourner en Italie. Seule la présence de ses deux enfants, Rahul et Pryanka, l'en dissuade, mais elle mettra plusieurs années à surmonter ce drame.


     Elle vit retirée dans sa maison, durant trois ans, uniquement occupée à écrire un livre consacré à Rajiv, et à trier, classer, les notes, lettres, discours et innombrables photos, ce qui lui permettra de supporter son deuil. Elle se consacre aussi à la publication de la correspondance entre Indira GANDHI et son père  Jawaharlal NERHU . Elle a aussi créé une fondation à la mémoire de Rajiv, ce qui l'oblige enfin à sortir de chez elle, pour arpenter le pays, afin de perpétuer la mémoire de son époux.

Indira Gandhi


Jawaharlal Nehru

     









Elle avait souvent suivi Rajiv lors des campagnes électorales, mais elle restait en retrait. Cette fois, elle découvre à nouveau ce qui est désormais son pays, puisqu'elle a acquis la nationalité indienne en 1984. Elle est partout plutôt bien accueillie, mais elle prend soin de préciser qu'elle ne nourrit aucune ambition politique, et ne veut se consacrer qu'à la mémoire de son mari.


     Pourtant, la corruption qui gangrène le pays, et le Parti du Congrès en particulier, est pour elle une source de graves et constantes préoccupations. Elle a conscience que ce phénomène peut, à terme, menacer l'unité du pays, déjà si fragilisée. C'est ainsi qu'après une nuit de réflexion, et après avoir consulté Rahul et Pryanka, elle prend la décision de se présenter à la tête du Parti du Congrès, tout en excluant d'avoir une responsabilité gouvernementale. Ce qui lui tient à coeur, c'est la sauvegarde du parti. Pryanka, qui est une battante, se montre enthousiaste, Rahul est beaucoup plus réticent, mais assure sa mère qu'il l'accompagnera lors des tournées électorales.



     Le 28 décembre 1997, Sonia annonce publiquement sa candidature au sein du Parti du Congrès.  Elle signe là un acte essentiel de sa vie, dont l'annonce fait le tour du monde. Elle ne triomphe pas aux élections, mais parvient à sauver cent quarante six sièges pour son parti et en devient la présidente. Son action surprend, celle que les dignitaires s'imaginaient pouvoir manipuler, se révèle déterminée, notamment en ce qui concerne l'instauration d'un quota de représentation féminine, à la hauteur de trente pour cent. Elle tient aussi à assurer la transparence dans la gestion financière et à lutter contre la corruption, mais cette tâche est beaucoup plus ardue. Elle doit aussi faire face à l'adversité, qui vient notamment du B.J.P., le parti ultra nationaliste, qui remet en cause sa légitimité, du fait de son origine étrangère, des critiques sur ce thème provenant même de son propre parti.



     A l'heure qu'il est, Sonia Gandhi est toujours la présidente du Parti du Congrès et a été classée, à plusieurs reprises par le magazine Forbes, parmi les dix femmes les plus puissantes de la planète. Elle a toujours refusé le poste de premier ministre, blessée par les attaques relatives à ses origines, préférant la base arrière du parti, pour tirer les ficelles de la politique indienne, dont elle a acquis les rudiments, ô combien complexes.



     Son bilan, il faut bien le reconnaître, est  assez controversé. Affaiblie par la maladie, un cancer qu'elle tente de juguler depuis plusieurs années, elle n'est pas parvenue à endiguer la corruption endémique, son clan ayant été accusé assez souvent, de profits illicites assez considérables et de malversations. Ses tentatives pour apaiser les terribles violences entre les communautés religieuses, et celles récemment faites aux femmes, lesquelles viennent de défrayer la chronique et stupéfier le monde entier, sont une pierre dans son jardin. Quel sera l'avenir de son parti ? Nul ne le sait, dans la mesure où elle vient de s'opposer à la désignation de son fils Rahul, à la candidature de la présidence du parti, souhaitée par les dignitaires, voulant ainsi le protéger d'une carrière envers laquelle il montre assez peu d'empressement.



Rahul et sa soeur Pryanka Gandhi










     Le destin singulier de Sonia GANDHI a quelque chose de fascinant. Que cette femme, d'origine italienne, ait pu un jour accéder aux plus hautes marches du pouvoir de cet immense pays, est à lui seul un phénomène extraordinaire, car il faut bien le dire, lorsque Sonia a épousé Rajiv GANDHI, elle a certes épousé l'homme qu'elle aimait, mais également la culture, la langue, et les traditions du sous continent indien. Sonia a aussi épousé tout un univers, qui a transformé sa vie à jamais.



 Son existence aura été intense, marquée par la violence qui caractérise la vie politique indienne, et sa dernière heure venue, elle pourra se dire qu'il y avait loin du petit village de Lusiana, jusqu'à New Delhi, mais que c'était sa route, et qu'elle y aura cheminé avec courage et détermination.


Christine Filiod-Bres

7 février 2014





Une biographie passionnante de Sonia Gandhi et de l'histoire de la vie politique indienne
après l'indépendance. De Jawaharlal Nehru, en passant par Indira Gandhi , Rajiv et Sonia Gandhi