jeudi 21 novembre 2013

Musique - Sophie WATILLON






Sophie WATILLON
1975 - 2005



"Le bois m'inspire énormément, il est très évocateur, les cordes en boyau, l'archet et sa courbure, sa souplesse ... Je peux discuter des heures avec un archetier et me passionner pour cette recherche du son." 


Née à Namur en Belgique, dans une famille de musiciens, Sophie Watillon, jeune violiste belge, intègre à seize ans le Conservatoire de Maastricht, sous la direction de Philippe Pierlot, puis rejoint Wieland Kuijken à Bruxelles, ainsi que Paolo Pandolfo à la Scola Cantorum de Bâle ; collaborant également au début de sa carrière, avec le Ricercar Consort et le musicologue liégeois, Jérôme Lejeune.

Elle deviendra également un membre à part entière de l'Hesperion XXI et du Concert des Nations de Jordi Savall lequel dira d'elle  "Elle excellait sur toutes les violes, aussi bien la basse que le dessus, et plus qu'un membre du concert, elle est très vite devenue ma partenaire. Nous dialoguions à deux dessus, comme deux chanteurs." 

Sophie Watillon s'adonnait également à l'enseignement, dans sa classe de musique ancienne, à l'Académie de Woluwe-Saint Lambert, de même qu'à l'Ecole Supérieure de Musique de Catalogne, se consacrant à ses élèves qu'elle qualifiait de "jeunes eaux de source." 






Cette merveilleuse interprète se caractérisait par une très grande élégance morale, reconnue de tous, sans aucune concession au vedettariat, qui la laissait indifférente. C'est pourquoi, elle demeure hélas trop méconnue, excepté du public amoureux de la musique baroque, que sa disparition prématurée, à l'âge de trente-neuf ans, a laissé totalement dévasté, tant les accents parfois déchirants, qu'elle tirait de sa viole de gambe, pouvaient émouvoir jusqu'aux tréfonds de l'âme.




Sa discographie laisse quelques chefs d'oeuvre notamment chez Marin Marais, où "La rêveuse"  est à faire pleurer les pierres. Déjà malade, elle aura eu le temps d'enregistrer le très beau "Les saisons, les mois et autres divisions du temps" de Christopher Simson.

Elle meurt, le 31 août 2005, à Namur, sa ville de naissance, laissant à tous le souvenir impérissable d'un être d'exception, au service de la musique, à laquelle elle aura consacré l'essentiel de sa jeune existence.













Christine Filiod-Bres
21 novembre 2013