samedi 5 octobre 2013

Portrait






Dorothy Parker - 1893 - 1967




Dorothy Parker 

"J'ai été riche, j'ai été pauvre, mais croyez-moi, riche c'est mieux."





J'aime beaucoup Dorothy Parker. Journaliste, chroniqueuse, romancière et scénariste américaine. Son oeuvre, empreinte d'un grand réalisme et d'une belle finesse d'observation, est teintée d'ironie et d'acidité. Elle avait la dent dure et une plume acérée, d'une lucidité sans faille.



Elle était tellement brillante. Hélas, ça ne lui a pas servi à grand chose, bien au contraire, ce qui m'a foi ne m'étonne guère, et semble être la règle pour ce type de tempérament féminin. Est-ce que ça a vraiment changé ?



Christine Filiod-Bres
4 octobre 2013



















Pendant de nombreuses années, Dorothy Parker fut la seule femme  membre du  fameux groupe
de journalistes, chroniqueurs, intellectuels, dit de "L'Algonquin table"  qui se réunissait chaque fin d'après-midi  dans ce grand hôtel mythique de la Ve avenue et qui fit la pluie et le beau temps sur la vie littéraire et intellectuelle de New York













Portrait







Simone de Beauvoir - 1908 - 1986




Simone de Beauvoir
Mémoires d'une jeune fille rangée




"La grande Sartreuse", c'est ainsi qu'Albert Camus l'avait surnommée. Elle l'avait dragué un temps, mais le méditérranéen  qu'il était, s'était méfié de cette brillante intellectuelle, un peu froide, et n'avait pas donné suite.

On peut dire qu'elle en a avalé des couleuvres au cours de son long parcours avec Jean-Paul Sartre, et je ne suis pas loin de penser qu'elles ont déterminé son engagement féministe et l'avènement de son essai mondialement célèbre "Le deuxième sexe".

Elle lui rendit la monnaie de sa pièce lors de sa très brûlante liaison  avec le romancier américain Nelson Algren, laquelle aurait pu mettre fin à la relation affective et intellectuelle qu'elle entretenait avec le philosophe. Mais il n'en fut rien, et elle demeura indéfectiblement liée à Sartre.

Ses "Mémoires d'une jeune fille rangée" ont marqué plusieurs générations de femmes du vingtième siècle et les jeunes filles de notre époque seraient bien inspirées de les avoir sur leur table de chevet. A côté d'un Amélie Nothomb ou d'un Marc Levy, ça ne nuirait pas à l'affaire.

Christine Filiod-Bres
7 décembre 2012