mercredi 14 août 2013

Littérature - Rita et Witold Gombrowicz



Rita Gombrowicz


" Un matin, au petit déjeuner, Gombrowicz s'est tourné vers moi, et m'a demandé devant les quelques personnes présentes, si je voulais partir avec lui." 
Rita Gombrowicz



C'est très beau, et très simple l'amour.  La scène se déroule au centre culturel de l'Abbaye de Royaumont, en 1964, où Witold Gombrowicz séjourne à l'occasion d'un colloque. Il y rencontre Rita LABROSSE, étudiante canadienne, venue préparer une thèse sur Colette.




Elle le suivra. Et pourtant, une très grande différence d'âge les séparait et la santé de l'écrivain était déficiente, il souffrait d'asthme. Mais l'homme était encore beau, d'une classe, d'une intelligence, et d'une culture remarquables ; son magnétisme était fascinant, non dénué d'une certaine agressivité, qui pouvait se révéler redoutable, tant il ignorait l'hypocrisie.


Il est heureux que cet homme, dont l'existence fut errante et difficile, notamment durant sa période argentine, ait pu être entouré de l'affection et de la bienveillance de son épouse, durant les dernières années de sa vie. J'ai rencontré Rita, il y a quelques années, lors d'un forum littéraire consacré à son mari,  et j'ai été touchée par  cette femme, belle et très digne, qui parlait si bien de l'oeuvre de l'écrivain, et du gentleman polonais d'avant-guerre, qu'était Gombrowicz.


Il meurt dans leur appartement de Vence en 1969, après de grandes souffrances, veillé avec beaucoup de dévouement par Rita. Aujourd'hui, elle se consacre à la mémoire de son mari et a écrit deux ouvrages sur sa vie en Argentine et en Europe. Selon le mot  de Michel Polac, qui était un grand connaisseur et passeur de l'oeuvre de Gombrowicz, "Rita est la seule veuve de la littérature qui ne soit pas abusive."


Witold Gombrowicz - 1904 - 1969
Rita Gombrowicz - 1935



Witold et Rita Gombrowicz à Vence  (Alpes Maritimes)



Witold et Rita Gombrowicz à Vence (Alpes Maritimes)

Witold Gombrowicz

Les promenades en 2CV dans la campagne autour de Vence  (Alpes Maritimes)












Witold Gombrowicz écoutait beaucoup de musique, notamment les quatuors de Beethoven par le Quatuor Busch